Bienvenue à l’AFC de Cornouaille

oĂą nous sommes très heureux de vous accueillir !

Ce site est le vôtre, découvrez-le, faites-le connaître autour de vous.

Pourquoi nous rejoindre ?

Parce que …

Dans son discours prononcé le 25 Novembre 2014, au siège du Parlement européen, à Strasbourg, à l’occasion de la session plénière, le Pape François est revenu maintes fois sur le thème de la famille. Donner espérance à l’Europe ne signifie pas seulement reconnaître la centralité de la personne humaine, mais implique aussi d’en favoriser les capacités. Il s’agit donc – a souligné le Pape – d’y investir ainsi que dans les domaines où ses talents se forment et portent du fruit. Le premier domaine est surement celui de l’éducation, à partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société.

La famille unie, féconde et indissoluble – a encore poursuivi le Pape François – porte avec elle les éléments fondamentaux pour donner espérance à l’avenir. Sans cette solidité, on finit par construire sur le sable, avec de graves conséquences sociales. D’autre part, souligner l’importance de la famille non seulement – a encore déclaré le Pape François – aide à donner des perspectives et l’espérance aux nouvelles générations, mais aussi aux nombreuses personnes âgées, souvent contraintes à vivre dans des conditions de solitude et d’abandon parce qu’il n’y a plus la chaleur d’un foyer familial en mesure de les accompagner et de les soutenir. À côté de la famille, il y a les institutions éducatives : écoles et universités. L’éducation ne peut se limiter à fournir un ensemble de connaissances techniques, mais elle doit favoriser le processus plus complexe de croissance de la personne humaine dans sa totalité. Les jeunes d’aujourd’hui demandent à pouvoir avoir une formation adéquate et complète pour regarder l’avenir avec espérance, plutôt qu’avec désillusion a continué le Pape. Enfin, les membres du Parlement européen ont été encouragés par le Pape à construire ensemble l’Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables.

Mais aussi…

La famille est menacée en bien des endroits par suite d’une conception de la nature humaine qui s’avère défectueuse. Défendre la vie et la famille dans la société n’est en rien rétrograde, mais plutôt prophétique car cela revient à promouvoir des valeurs qui permettent le plein épanouissement de la personne humaine, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Nous avons là un véritable défi à relever. Benoît XVI aux évêques français.

Et parce que …

Le rĂ´le social de la famille est appelĂ© Ă  s’exprimer aussi sous forme d’intervention politique : ce sont les familles qui, en premier lieu, doivent faire en sorte que les lois et les institutions de l’état, non seulement s’abstiennent de blesser les droits et les devoirs de la famille, mais encore les soutiennent et les protègent positivement; il faut Ă  cet Ă©gard que les familles aient une conscience toujours plus vive d’être les “ protagonistes â€ť de ce qu’on appelle “ la politique familiale â€ť et qu’elles assument la responsabilitĂ© de transformer la sociĂ©tĂ©... St Jean-Paul II (Familiaris consortio n° 44).

 

Pour que votre famille compte, il vous faut savoir que

La représentativité des associations familiales est directement fonction du nombre des familles adhérentes. Le nombre de voix est calculé par famille en suivant des règles précises.

Sur le plan local, l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) est le porte-parole des associations familiales dans le Finistère auprès des instances municipales et départementales (Conseil Général, Préfecture, Mairies, etc.). L’UDAF reçoit des subventions et en redistribue une bonne partie, sous forme de fonds spéciaux, aux associations qui la composent. Cette répartition se fait au prorata du nombre de voix de chaque association.

Sur le plan national, il en est de même entre l’UNAF - qui est le porte parole des familles auprès des instances gouvernementales, politiques et sociales - et la Confédération Nationale des AFC qui fait partie de l’UNAF.

Sur le plan EuropĂ©en, la FĂ©dĂ©ration des AFC en Europe (FAFCE) est le porte-parole des familles catholiques auprès des instances europĂ©ennes (Conseil de l’Europe et Parlement EuropĂ©en). Dès 1997, la FAFCE compte cinq membres fondateurs : France, Allemagne, Autriche, Tyrol du Sud et Slovaquie. Depuis ce sont 7 pays supplĂ©mentaires qui ont rejoint la FAFCE : l'Italie, l'Irlande, La Lituanie, RĂ©publique Tchèque, la Hongrie, La Pologne et la Roumanie. En 2008, Malte et la Croatie ont le statut d'observateurs. L'Espagne et la Grande Bretagne sont sur le point de nous rejoindre. Le nombre de familles reprĂ©sentĂ©es dĂ©passe le seuil des 10 millions. La FAFCE est devenue en octobre 2000 une Organisation Internationale Non Gouvernementale et bĂ©nĂ©ficie du statut participatif (très important) depuis novembre 2003.

Vous avez compris, plus il y a de familles adhĂ©rentes aux AFC, plus elles pourront faire entendre leur voix sur tous les plans (local, national et europĂ©en). Les AFC de France devraient pouvoir compter au moins toutes les familles qui sont engagĂ©es dans des mouvements d'Eglise. Alors OUI, toute famille chrĂ©tienne a le devoir d'adhĂ©rer, de renouveler son adhĂ©sion chaque annĂ©e et de faire adhĂ©rer ses amis ou ses connaissances. Votre adhĂ©sion doit ĂŞtre Ă  l'image de votre mariage : un engagement pour la vie ! N'attendez pas que les autres le fassent Ă  votre place ! AdhĂ©rez !

Vous pouvez avoir pleinement confiance en ceux qui (tous bĂ©nĂ©voles et en charge de toutes ces associations) vous reprĂ©senteront et qui, avec l'aide du Saint Esprit, agiront pour que vive la Famille. Soutenez les aussi par vos prières !

 

Adhésion à une AFC locale

Une adhĂ©sion Ă  une AFC locale, c’est un acte de « citoyennetĂ© chrĂ©tienne Â» qui est d’être non seulement chrĂ©tien dans la citĂ© mais « chrĂ©tien qui compte dans la citĂ© avec sa famille Â» !

 

Vidéos

Consultez toutes les vidéos des AFC en ligne sur YouTube